Laurent participe à la modélisation du MH

Un petit mot pour féliciter Laurent qui s’est plongé avec les autres spécialistes sur le cas du MH370, et à participer à la modélisation de l’accident. Pour tenter de comprendre la disparition du vol MH370, des chercheurs quataris ont imaginé et modélisé plusieurs scénarios. Si l’appareil est tombé à l’eau, il a vraisemblablement dû le faire à la verticale, sinon on aurait probablement retrouvé les boîtes noires, concluent-ils. Des travaux rendus possibles par les progrès spectaculaires de la modélisation. Comment un avion peut-il se volatiliser en mer sans laisser de trace ? Un an après la tragique disparition du vol MH370, des mathématiciens de l’antenne qatarie de l’Université de mécanique et d’agriculture du Texas (TAMUQ) se sont posé cette question. Armée d’un logiciel de modélisation numérique de mécanique des fluides, l’équipe deGoong Chen a exploré cinq scénarios de chute d’avions dans l’eau. Plusieurs paramètres ont été pris en compte : angles d’approche, résistance de l’air, de l’eau et du fuselage, mouvement de l’eau lors de l’impact et même, dans une moindre mesure, la résistance microscopique de certains points clefs du fuselage. En modifiant certains de ces paramètres les ingénieurs sont capables de prédire la réaction d’un Boeing 777 de plus de 150 tonnes pour 75 mètres de long. Résultat : s’il est tombé à l’eau, l’appareil l’a probablement fait à la verticale. Tout autre angle d’incidence lors du choc aurait en effet probablement pulverisé l’avion, et les boîtes noires auraient alors dûes être retrouvées.

Les commentaires sont clos.